Articles avec #monuments tag

Publié le 23 Septembre 2009

Pour la deuxième année consécutive, le château était sous les feux des projecteurs artistiquement installés par Alain Grouselle et Daniel Baudin-Rehm, le premier soir du week-end du patrimoine.
Sur les deux jours près de 200 personnes ont eu la possibilité de profiter de ses ruines et d'en apprendre un peu plus sur son histoire. Merci pour votre intérêt. Et pour tous ceux qui n'ont pas pu venir voici quelques clichés amicalement fournis par M. Jean-Pierre Jung, en espérant que vous pourrez nous rejoindre à l'illumination suivante.

Voir les commentaires

Rédigé par ASCPF

Publié dans #Monuments

Repost 0

Publié le 20 Septembre 2008

Pour les journées du patrimoine 2008, l'ASCPF a souhaité illuminé le chateau. Voici quelques photos prise le 20 septembre pour voir le résultat et un lien pour le plaisir (il suffit de le copier et de le mettre dans la barre d'adresse de votre navigateur au cas où le transfert ne se ferait pas automatiquement...). Les membres de l'association seront encore présents le dimanche 21 septembre.

ttp://photosynth.net/view.aspx?cid=127b7cd6-4db8-47b5-a7b5-38d111f97eae&i=0:0:1&z=577.7359956564002&g=0&p=3.28517e-014:-6.74117e-014&m=false&c=-0.096925:0.0658787:-0.0100825&d=-1.02451:1.02727:1.31804








































(Les photos sont de E.Trunkenwald)

Voir les commentaires

Rédigé par ASCPF

Publié dans #Monuments

Repost 0

Publié le 13 Août 2008

Rédigé par ASCPF

Publié dans #Monuments

Repost 0

Publié le 13 Mai 2008

Rédigé par ASCPF

Publié dans #Monuments

Repost 0

Publié le 14 Juillet 2007

pont-dessin-projet-1764.jpgLe Pont construit avec trois arches en 1764
 
1764 : Année de construction du pont. En maçonnerie. Il mesure 33,14 m de long et 7,16 m de large avec les parapets.
1784 : Il est question de consolider l’arche n°3 donnant sur la rive droite (Comté de La Leyen).
1792 : Pour des questions de <sécurité publique> l’arche n°3 (côté pays étranger) est détruite et un passage pour piétons provisoirement établi.
1792 (17 novembre) : Selon une convention conclue entre le roi de France et le Comte de La Leyen <La souveraineté du lit entier de la rivière Blies, ainsi qu’il se comporte et s’étend entre les deux rives, restera au Roi et à la Caouronne de France.>
AN 12 : La situation pour le Pont est très préoccupante. Le passage des eaux de la Blies sous l’arche abattue est presque obstrué et les deux arches restantes peuvent à peine suffire au passage des eaux. Leur vitesse occasionne des affouillements à la base des piles du Pont. Il y a menace d’effondrement de l’ouvrage.
1810 : L’idée est émise de reconstruire l’arche en maçonnerie
1813 : La travée en bois assurant le passage des piétons a été emportée lors de l’hiver par les eaux de la Blies. Elle est reconstruite.
1815 : Des rapports font état de la mauvaise situation du Pont
1819 : Un projet de réparation du Pont est établi. Faute de crédits, les ouvrages n’ont pas été exécutés.
1819 : La Bavière considère que l’arche sur la rive droite lui appartient.
1819  (6 octobre) : Une requête royale bavaroise du Cercle du Rhin a été adressée de Spire à la sous-préfecture royale française de Sarreguemines concernant le rétablissement indispensable et nécessaire de cette importante communication entre les deux états.
1820-1821 : Projet de reconstruction en dur de l’arche détruite
1830 : La seconde pile du Pont (rive gauche) a cédé face à l’effort de la poussée des eaux ayant occasionné des lézardes et des désunions de pierres principalement dans les tympans de l’arche du milieu.
1832 : Reconstruction du Pont. En bois car il y a grosses menaces d’effondrement.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe Ramette

Publié dans #Monuments

Repost 0

Publié le 14 Juillet 2007

cimet.jpgD’une communauté juive autrefois florissante, il ne reste plus à Frauenberg qu’un vieux cimetière. Chassés des villes, tolérés dans les campagnes selon l’humeur des princes du moment, les juifs s’étaient établis au cours des siècles passés dans la vallée de la Blies. Le cimetière de Frauenberg constitue la seule nécropole juive pour l’ensemble des villages de cette vallée. On considère que les premières inhumations ont eu lieu vers 1740. Beaucoup de stèles de la partie la plus ancienne ont totalement disparu, enfouies dans la terre au fil des années. Cependant, on a retrouvé dans un périmètre plus récent les tombes de quelques « personnalités » : celles du père et du grand-père de Simon Lazard, fondateur de la célèbre banque du même nom, la tombe du Rabbin Samuel Bernheim qui officiait à Sarreguemines au XIXe siècle, et de Lion Grumbach, un ancien maire de Sarreguemines, etc…

 Avec l’ouverture du cimetière de la ville de Sarreguemines en 1900, suivie de la dispersion des communautés juives de la vallée de la Blies avec la deuxième guerre mondiale, le cimetière juif a été peu à peu abandonné.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe Ramette

Publié dans #Monuments

Repost 0