Publié le 5 Mars 2008

Les diverses transcriptions : Frowenburg en 1370, Frouwenburg en 1375, Frowenberg en 1422, Frauenbourg en 1437, Frambourg en 1686 et Frauenberg à partir du XVIIIe siècle.

Pour l'historien Henri Hiegel la signification de "burg"  est le château où l'on honore la femme "frauwa".

Un texte du 4.03.1648 confirme cette analyse. Effectivement à l'intérieur du château existe une maison dédiée uniquement aux femmes dont une pièce est réservée aux vierges.
Par contre dans la masse d'archives consultées, de la période protestante,1592 à 1686, à la période catholique, 1687 à 1730, aucun texte ne parle de la chapelle - oratoire qui aurait pu évoquer l'origine du nom de Frauenberg. La date de construction de l'oratoire (chapelle) en contre-bas de la rue menant au château n'a pu être déterminée.

Le nom du "village de Frauenberg" apparait la première fois dans un document de 1628. Dans le texte il est question de la construction d'une sorte de lotissement autour de l'église protestante (aujourd'hui la place Saint Jacques).  Ce "lotissement" est nommé "Village de Frauenberg". De l'autre côté de la route menant à Sarreguemines se situe le village de Lenterdingen.

Localisation du village Lenterdingen et de Frauenberg.

undefined

Voir les commentaires

Rédigé par Alain Grouselle

Publié dans #Rubrique Historique de Frauenberg

Repost 0

Publié le 5 Mars 2008

Diverses transcriptions : Lendredingen en 1273, Lenterdingen en 1370, Linterdingen en 1415, Lenterdinging en 1459 et Linterdengen en 1704.

D'après l'historien Henri Hiegel, le nom viendrait d'un homme germanique du nom de Linthart. Le suffixe germanique ing, désigne les gens ou les compagnons du chef germanique qui a donné le nom à la localité.

Le village de Lenterdingen se trouvait en contrebas de la route de l'oratoire (chapelle) à la route menant à Blies-Schweyen.

localisation du village de Lenterdingen et de Frauenbergundefined

Voir les commentaires

Rédigé par Alain Grouselle

Publié dans #Rubrique Historique de Frauenberg

Repost 0

Publié le 5 Mars 2008

* Nous recherchons une image, gravure, illustration de Claude Sincère et de Jean Daniel de Merlin

* Nous recensons toutes les légendes et histoires sur les souterrains du château

* Nous recherchons la date et le lieu du mariage de Daniel de Merlin avec Jeanne Catherine d'Yvorelle de la Roche, fille de Jérôme capitaire et châtelain à Bayon. Le mariage a probablement eu lieu avant 1686

* Nous recherchons la copie du testament de Jean-Daniel Merlin du 4 février 1694

* Nous recherchons les armoiries de Jean-Daniel Merlin de Dahleim

* Nous recherchons les armoiries de Jean-Daniel de Merlin de Frauenberg

* Nous recherchons la date et le contrat de vente de la seigneurie de Dahleim par Jean-Daniel Merlin

* Nous recherchons la date de la nomination de Jean Daniel de Merlin par l'Empereur comme Chevalier du Saint Empire

* Nous cherchons à savoir ce qu'est devenu Marie Catherine Thérèse d'Oré de Crépy, veuve du seigneur de Frauenberg Jean Nicolas d'Aubéry, décédé le 16.08.1782 à Frauenberg (remariage, domicile, date de son décès, photo, etc...)

* Nous recherchons des informations sur :

1. Jean Félix de Merlin de Bieblingen (frère de Jean-Daniel Merlin ?)
2. Anne Marie de Merlin épouse de Martin Bechler receveur du duc de Wurtemberg (soeur de Jean-Daniel Merlin)
3. Marie Madeleine de Merlin épouse Sparen (également soeur de Jean-Daniel Merlin)
4. Virginie Merlin (1698)

Voir les commentaires

Rédigé par Alain Grouselle

Publié dans #On a besoin d'aide...

Repost 0

Publié le 5 Mars 2008

Saviez - vous

... que Jean Thomin, écuyer de Frauenberg et habitant le village de Bliesransbach, confonda son assassin par delà la mort ?
Jean Thomin est lâchement assassiné dans le bois de Bliesransbach, alors qu'il chassait le 3 février 1715. Le corps, enfui sous les feuilles et branchages, est retrouvé par un chien de chasse. Pour démasquer le coupable, la justice seigneuriale a recours à l'épreuve du cercueil (Blutprobe) pour confondre l'assassin. Tous les habitants vont défiler devant leur seigneur assassiné et toucher de la main son cadavre. La tradition prétend qu'au moment où le meurtrier s'avanca, la blessure s'ouvrit et le sang coula. Frappé d'épouvante et d'horreur, Peter Moor avoue son crime et indique à la justice l'endroit où il avait caché les boutons, objet de sa convoitise.

Voir les commentaires

Rédigé par Alain Grouselle

Publié dans #Anecdotes

Repost 0